Le site consacré essentiellement aux équipes U18 et Espoirs... mais pas que !

Travail, basket, virus, confinement : Entre sidération et dissonance cognitive, drôle de printemps



D'habitude, le seul virus que nous avons en commun dans ces colonnes n'est pas celui dont tout le monde parle : c'est celui du basket. Mais il faut se rendre à l'évidence : en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, le Covid-19 a pris une place telle que l'on se demande quand l'autre pourra reprendre la sienne. Et plus que "quand", c'est peut-être même dans certains cas "si" il pourra reprendre sa place ou au minimum "comment" il pourra la reprendre.

J'ai la chance, au moins pour 2 ou 3 semaines encore, d'avoir un travail et du travail. Ça évite le chômage partiel et surtout, ça permet de penser à autre chose. Enfin, "penser à autre chose"... tout est relatif car pour penser à autre chose, il faudrait déjà sortir de cet état de sidération dans lequel je suis - sans doute comme beaucoup d'entre vous : c'est bien d'une pandémie mondiale qu'il s'agit puisque ce vendredi soir, ce sont 163 des 194 pays existant qui sont touchés et le pire encore devant nous.
Les précédents ne touchaient que des pays ou des continents lointains comme le H1N1 dont plus de 50% des morts étaient situés dans le Sud-Est asiatique et l'Afrique. Autant dire que nous, européens occidentaux gavés comme nous le sommes, on s'en fichait comme de notre première chaussette. Dans le même ordre d'idée, le changement climatique apparaît bien loin pour ceux qui, victimes d'une sorte d'acrasie socratienne, pensent que "on a le temps". Les générations futures géreront !
Mais voilà : le Corona virus, c'est chez nous aussi. En Europe. En France. A Montpellier. Potentiellement chez notre voisin, chez nos amis, chez nos copains du basket, chez nos joueuses, dans notre famille. Et là, c'est plus pareil. Alors travailler sur de très gros projets, parler de ce que l'on fera en mai ou en juin alors que l’actualité de la veille semble déjà surannée, ce n'est pas si simple à gérer. C'est même parfois à la limite de l’indécence, comme le tennisman Nicolas MAHUT qui réclamait il y a quelques jours le paiement des prize money pour les tournois annulés ou plus récemment - hier - la LNB qui réfléchissait à comment terminer la saison. J'en passe et des meilleurs. Mon Dieu comme tout cela me semble parfois si futile...
Je donnerais cher pour être dans la tête d'une de ces jeunes filles, de notre Centre de Formation ou d'un autre : entre 15 et 20 ans, quand on est sportives de haut niveau, comment gère-t-on cela ?

Travail, basket, virus, confinement : Entre sidération et dissonance cognitive, drôle de printemps
Et pourtant... Et pourtant, "gouverner c'est prévoir" disait Émile de Girardin. Car il y aura sans doute une fin à cet incroyable épisode. Et les choses reprendront leur cours. Ou pas. Car qui sait comment nous sortirons collectivement et individuellement de cette période de stress, de sidération, de confinement, de quasi-rupture des liens sociaux hors liens virtuels.
Alors il faut préparer l'après. La reprise. Sans pour autant savoir la reprise de quoi. En ce qui me concerne, j'ai affiché ma position depuis longtemps déjà : on efface tout et on (espère) recommence(r) à la rentrée. Peut-être est-ce un moyen d'exorciser mais en tout cas cela me paraît plus simple et plus efficace que de "faire semblant". En tout cas, bon courage à ceux qui sont chargés de cela car il faut vraiment faire abstraction de tant de sentiments contradictoires... Moi j'ai du mal quand même.
"Rien ne sera plus jamais comme avant" dit-on souvent, à tort la plupart du temps. Et si cette fois c'était vrai ?

Après 4 jours d'échauffement, de mise en train et d'organisation, nous allons tous vivre notre premier week-end de confinement. Dans une maison avec un jardin, accompagné, c'est une prison dorée. Grosse pensée à ceux qui sont en appartement ou seuls mais quelque soit la difficulté: #RestezChezVous, on a encore besoin de vous !

Samedi 21 Mars 2020
Dominique B.

Lu 437 fois
Notez





Toutes les photos présentées sur ce site n'ont pour objectif que de proposer aux joueuses et à leurs parents la possibilité de voir leur équipe évoluer au sein du club. Les photos sont prises dans le cadre de matchs, d'entraînements ou de manifestations basket. Elles sont la propriété du www.lattesmontpellier-basket.com et ne servent en aucun cas à des fins commerciales. Si vous ne souhaitez pas qu'une photo sur laquelle vous figurez soit présentée sur ce site, vous pouvez en demander le retrait immédiat par mail.